Prends une pause ! En cas de syndrome de la crête tibiale, ce conseil est à prendre au sérieux. Le périoste du tibia est solidement attaché à l’os et contient, en plus des vaisseaux sanguins et lymphatiques, beaucoup de nerfs, raison pour laquelle ses réactions peuvent être très douloureuses. Si la traction sur le périoste augmente, quelle qu’en soit la cause, cela peut conduire à une inflammation souvent accompagnée de douleurs névralgiques très intenses et d’enflures reconnaissables.

Causes d’une irritation du périoste :

  • Surcharge due à un entraînement unilatéral, trop étendu ou trop intensif, augmentation soudaine de la charge ou descente excessive
  • Mauvaises séquences de mouvements
  • Entraînement sur un sol dur
  • Changement de la technique de course
  • Musculature surmenée
  • Changement de semelles ou de chaussures
  • Faiblesses de la voûte plantaire (pied plat ou pied valgus)

Ce qui aide.

Les douleurs sont un signal d’alarme dont tu devrais à tout prix tenir compte. Fais une pause afin que cette inflammation du périoste ne devienne pas chronique. Comme cette pause forcée peut durer plusieurs semaines, pratiquer une natation stimulant le système cardio-vasculaire représente une bonne alternative.

Aide à court terme.

Lors des premières douleurs intenses, appliquer un bandage compressif dit « Hot-Ice » aide souvent. Pour ce faire, mets une bande de compression avec des cubes de glace dans un saladier. Dès que les glaçons ont fondu, l’eau a la bonne température et tu peux enrouler le bandage rafraîchissant sur ton tibia.

Mesures à long terme.

Le mieux est de passer de façon systématique à travers les causes mentionnées ci-dessus d’une inflammation du périoste et de les éliminer le cas échéant. Des crèmes anti-inflammatoires ou, sur recommandation d’un médecin, des médicaments peuvent en outre également être utilisés. Des massages physio-thérapeutiques du périoste ainsi que l’électrothérapie et l’acupuncture peuvent également aider le processus de guérison.

Lorsque tu peux à nouveau faire du jogging sans douleur, veille à augmenter lentement l’intensité et la durée des entraînements.